RANARISON Tsilavo est le seul signataire de tous les comptes de la société CONNECTIC . Solo a signé ZERO virement bancaire

Comme Richard VIRENQUE, RANARISON Tsilavo a signé les virements bancaires à l’insu de son plein gré. Car RANARISON Tsilavo est la seule personne au sein de CONNECTIC qui peut engager la signature  de la société CONNECTIC auprès des banques primaires qui travaillent avec la société.

Les attestation bancaires établie par les banques – BNI, BMOI et BMOI – de la société CONNECTIC sont claires et sans équivoque sur ce point : RANARISON Tsilavo est le seul signataire des comptes ouverts dans leur établissement respectif.

Pour se défausser face à l’évidence, car il a lui même signé les ordres de virements internationaux qu’il juge illicite sans contrepartie,  il va dire au juge d’instruction qu’on lui a forcé de signer des ordres de virements en blanc. Donc, de 2009 à 2012, pendant quatre années, d’après ses dires, Solo a forcé RANARISON Tsilavo a signé 72 ordres de virements internationaux d’un montant global de 1.047.060 euros, signé à blanc et il n’a rien vu.

Q.R. : selon les exigences de Mr Solo, j’ai signé en blanc plusieurs chèques bancaires et ordres de virement et c’est pourquoi, je n’ai pas pu être au courant de tous ces transferts irréguliers vers la société EMERGENT
Déclaration de RANARISON Tsilavo auprès du juge d’instruction le 3 septembre 2015

 

 

Les déclarations des responsables administratifs et financiers de la société CONNECTIC, de 2009 à 2012, sont formels :

 

6°) Tout d’abord, j’aimerai préciser que je n’étais pas en charge directe de la trésorerie. Par contre, je pourrais dire que s’il y avait signature en blanc, ce devrait être très rare et vraiment exceptionnel
RAKOTONANAHARY Miora, Responsable administratif de CONNECTIC, sommation interpellative huissier de justice du 13 novembre 2015 

Mr Tsilavo RANARISON signe les ordres de virement remplis
RAZAFINIAINA Charlotte, Trésorière de CONNECTIC, sommation interpellative huissier de justice du 13 novembre 2015

 

RANARISON semble également oublier que chaque soir, il reçoit les rapports du travail des salariés et de l’intranet qui lui font part des virements bancaires comme le rappelle ce dossier 6 d’une centaine de pages.