RANARISON Tsilavo, le plaignant, accuse son associé Solo, d'avoir effectué des virements illicites. Alors que RANARISON Tsilavo reconnaît lui même les contreparties des virements , 1.361.125 USD et 297.032 euros de matériels reçus par CONNECTIC contre 1.047.060 euros de virements envoyés à sa maison mère française EMERGENT NETWORK. RANARISON Tsilavo a lui même signé TOUS les virements.

Définition de l’action individuelle de RANARISON Tsilavo pour bénéficier des intérêts civils d’après les...

En résumé : 14370 - Tout associé ou actionnaire peut engager une action en réparation du préjudice qu'il a subi personnellement du fait...

Définition de l’action civile qui a permis à RANARISON Tsilavo de se faire attribuer...

En résumé sur l'action civile : 17072 - L'action civile est exercée par la victime d'une infraction, c'est-à-dire toute personne qui subit un préjudice...

1.047.060 euros de virements dits illicites d’après RANARISON Tsilavo envoyés par CONNECTIC dans le...

La société EMERGENT  a fait l'objet d'un contrôle fiscal par la Direction générale des impôts française au mois de mars 2013 qui valide la...

1.047.060 euros de virements dits illicites d’après RANARISON Tsilavo envoyés par CONNECTIC dans le...

RANARISON Tsilavo accuse Solo de bénéficier de 3.663.933.565,79 ariary, équivalent de 1.047.060 euros, de virements illicites de la société malgache CONNECTIC vers la société...

Aucun redressement fiscal en France pour EMERGENT NETWORK lors du contrôle fiscal du mois...

La société EMERGENT a fait l'objet d'une vérification de comptabilité en mars 2013 pour les comptes de 2010 et 2011 qui s'est conclue par une absence de redressement pour l'administration fiscale française.

EMERGENT NETWORK est une EURL française assujettie au régime des sociétés de personne donc...

Pour le calcul du résultat fiscal, les rémunérations éventuellement perçues par l’associé unique personne physique ne sont pas déductibles du bénéfice imposable (en contrepartie, les rémunérations ne sont pas imposés en tant que traitement et salaires).
RANARISON Tsilavo NEXTHOPE CISCO traduction sur google traduction

L’arrêt de la Cour d’Appel d’Antananarivo du 13 mai 2016 prétexte sa motivation sur...

L'article 2 de la loi malgache sur la concurrence est claire : " Toute peronne peut librement exercer toute activité, tour commerce et toute industrie,...

Les magistrats à Madagascar condamnent Solo malgré toutes les preuves qui ont...

Il n'y a pas de de délit d'abus de biens sociaux ou de faux s'il n'y a pas de préjudice. Mais on a quand même condamné Solo à 2 ans de prison avec sursis et un milliard cinq cent millions (1.500.000.000) ariary d'intérêts civils à régler à RANARISON Tsilavo le plaignant.

En 2009, les preuves qu’on n’a pas fait signer des ordres de virement à...

RANARISON Tsilavo gère de A à Z les ordres de virements envoyés par la société CONNECTIC à la société française EMERGENT et il sait très bien que la société EMERGENT envoie des matériels informatiques à la société CONNECIC.
RANARISON Tsilavo le plaignant reconnaît le 25 avril 2012 que la société EMERGENT a envoyé à la société CONNECTIC des matériels pour 1..361.125 USD et 297.032 euros.

1.047.060 euros de virements envoyés par CONNECTIC à la société française EMERGENT NETWORK en...

Les virements de 1.047.060 euros ont une contrepartie qu’est la réception des équipements à Madagascar constatée par le plaignant, RANARISON Tsilavo lui-même , la douane et les factures du grossiste des produits CISCO, WESTCON Africa. Sans préjudice, il n’y a pas de délit d’abus de biens sociaux.

D'après la loi malgache, article 6 du code de procédure pénale et l'article 181 de la loi L2003-036 sur les sociétés commerciales, la constitution de partie civile de RANARISON Tsilavo est IRRECEVABLE, car c'est la société qui est la victime PERSONNELLE et DIRECTE d'un éventuel abus de biens sociaux, mais RANARISON Tsilavo a réussi à obtenir 428.4921 euros à TITRE PERSONNEL d'intérêts civils auprès des juges malgaches.

RANARISON Tsilavo dans son email du 4 mars 2009 demande au grossiste agréé des...

Une société est maison mère de l'autre, lorsque elles ont un même actionnaire. Solo est l'associé principal dans les deux sociétés EMERGENT et CONNECTIC. Dans sa plainte ainsi que lors de sa déposition à la police économique et chez le juge d'instruction, Ranarison Tsilavo affirme le contraire.

RANARISON Tsilavo est le seul signataire de tous les comptes de la société CONNECTIC...

RANARISON Tsilavo a signé de 2009 à 2012, 72 ordres de virements internationaux de la société CONNECTIC à la société française EMERGENT d'un montant total de 1.047.060 euros. Et c'est seulement lorsqu'il a créé la société NEXTHOPE Madagascar en novembre 2012 qu'il s'en est rendu compte.

Comptabilisation des quatre (4) factures d’EMERGENT reçues de RANARISON Tsilavo le 24 mars 2009

Comptabilisation des quatres factures d'Emergent Network Systems reçues de Tsilavo Les preuves que la justice malgache a été manipulée par RANARISON Tsilavo pour faire condamner...

la conclusion de la police économique sur l’affaire opposant RANARISON Tsilavo à Solo

SOIT TRANSMIS A Monsieur le PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE AUPRES DU TRIBUNAL DE PREMIERE INSTANCE ANOSY  ANTANANARIVO Objet : Affaire relative aux poursuites de Monsieur ANDRIAMBOLOLONIVO...

Définition de l’action civile qui a permis à RANARISON Tsilavo de se faire attribuer...

En résumé sur l'action civile : 17072 - L'action civile est exercée par la victime d'une infraction, c'est-à-dire toute personne qui subit un préjudice...

RANARISON Tsilavo dit que WESTCON , grossiste CISCO, doit facturer EMERGENT NETWORK

1.288.099, 70 USD de facturation de produits CISCO par WESTCON à EMERGENT. Dans son email du 4 mars 2009, RANARISON Tsilavo dit au grossiste agréé des produits CISCO, WESTCON, qu’au niveau CISCO,  CONNECTIC reste le partenaire vendeur au lieu de EMERGENT NETWORK . Cette dernière va payer les factures établies par WESTCON en son nom pour les produits envoyés à Madagascar.

Les jugements intervenus dans cette affaire d’abus des biens sociaux entre RANARISON Tsilavo (20...

Tous les biens de Solo ont été attribués lors d'une enchère publique à RANARISON Tsilavo

Aucun redressement fiscal en France pour EMERGENT NETWORK lors du contrôle fiscal du mois...

La société EMERGENT a fait l'objet d'une vérification de comptabilité en mars 2013 pour les comptes de 2010 et 2011 qui s'est conclue par une absence de redressement pour l'administration fiscale française.

RANARISON Tsilavo reçoit chaque jour des états générés par l’intranet ainsi que le rapports...

Car RANARISON Tsilavo affirme qu'on l'a forcé à signer des ordres de virement à blanc et qu'il n'est pas au courant que c'est la société EMERGENT, qu'il dit lui-même le maison mère de CONNECTIC, qui est le bénéficiaire des 72 ordres de virements pendant quatre années de 2009 à 2012

En 2010, RANARISON Tsilavo a signé TOUS les ordres de virements bancaires de CONNECTIC...

Il accuse Solo d'abus des biens sociaux en virant en France la somme de 1.047.060 euros à la société française EMERGENT alors que RANARISON Tsilavo reconnaît lui-même 25 avril 2012 que la société EMERGENT a envoyé 1.315.125 USD et 297.032 euros des marchandises à CONNECTIC

RANARISON Tsilavo, le plaignant, accuse son associé Solo, d'avoir effectué des virements illicites. Alors que RANARISON Tsilavo reconnaît lui même les contreparties des virements , 1.361.125 USD et 297.032 euros de matériels reçus par CONNECTIC contre 1.047.060 euros de virements envoyés à sa maison mère française EMERGENT NETWORK. RANARISON Tsilavo a lui même signé TOUS les virements. D'après la loi malgache, article 6 du CPP, sa constitution de partie civile est IRRECEVABLE, car c'est la société qui est la victime PERSONNELLE et DIRECTE d'un éventuel abus de biens sociaux, mais RANARISON Tsilavo a réussi à obtenir 428.492 euros à titre personnel d'intérêts civils auprès des juges malgaches.

1.047.060 euros de virements envoyés par CONNECTIC à sa société mère EMERGENT TOUS signés par RANARISON Tsilavo

RANARISON Tsilavo demande lui-même au grossiste des produits CISCO, WESTCON, de facturer EMERGENT NETWORK le 4 mars 2009. Alors que dans sa plainte et lors des interrogatoires, RANARISON Tsilavo en s'appuyant sur une attestation en langue anglaise de CISCO fait croire à la chaîne pénale malgache que la société EMERGENT n'est pas autorisée à vendre des produits CISCO à Madagascar

Tous les biens immobiliers de Solo ont été attribués par enchère publique à RANARISON Tsilavo