1.047.060 euros de virements envoyés en France De 2009 à 2012, RANARISON Tsilavo ne s'est pas...

De 2009 à 2012, RANARISON Tsilavo ne s’est pas rendu compte que 76 virements de 3.663.933.565,79 ariary ont été envoyés à la société EMERGENT

-

Les virements de 1.047.060 euros ont une contrepartie qu’est la réception des équipements à Madagascar constatée par RANARISON Tsilavo , la douane et les factures du grossiste des produits CISCO, WESTCON Africa

Dans sa plainte avec demande d’arrestation du 20 juillet 2015, RANARISON Tsilavo, directeur exécutif de CONNECTIC jusqu’en septembre 2012, gérant fondateur CEO NEXTHOPE Madagascar, accuse Solo d’abus de bien sociaux (ABS) en virant sans contrepartie 1.047.060 euros de la société CONNECTIC vers la société française EMERGENT.alors que les preuves, provenant de trois tierces parties – RANARISON Tsilavo, douane française et le fournisseur WESTCON Africa – montrent que la contrepartie dépasse largement les virements de 3.663.933.565,79 ariary, soit environ 1.047.060 euro (d’après la plainte contre X avec constitution de partie civile, TGI de Paris, le 4 juillet 2017) :

  1.  RANARISON Tsilavo constate lui-même le 25 avril 2012 : 1.631.125 USD et 297.032 euros de matériels reçus de Solo (société EMERGENT),
  2.  la douane française constate que 1.415.430 euros de marchandises a été envoyé par la société française EMERGENT à la société CONNECTIC à Madagascar,
  3. la société WESTCON Africa  a facturé 1.288.099,70 USD de marchandises à la société française EMERGENT NETWORK avec comme adresse de livraison CONNECTIC Madagascar.

La valeur de la contrepartie est largement supérieure aux virements envoyés par CONNECTIC Madagascar à la société française EMERGENT NETWORK mais malgré cela Solo a été condamné pour abus de biens sociaux.

Monsieur ANDRIAMBOLOLO-NIVO en sa qualité de gérant de la société CONNECTIC, payait les factures d’EMERGENT NETWORK SYSTEMS, pour un montant total de 3.663.933.565,79 ariary, soit environ 1.047.060 euros
Plainte contre X avec constitution de partie civile adressée au Doyen des Juges d’instruction Tribunal de grande instance de Paris, le 4 juillet 2017

Dans sa plainte avec demande d’arrestation déposée au Procureur Général près de la Cour d’Appel d’Antananarivo le 20 juillet 2015,on retrouve également le même montant de 3.663.933.565,79 ariary.

Soit au total le montant de 3.663.933.565,79 ariary suivant les attestations bancaires des transferts de la société CONNECTIC vers la société EMERGENT NETWORK SYSTEMS joints à la présente
Plainte avec demande d’arrestation adressée et traitée par le Procureur Général de la Cour d’Appel d’Antananarivo le 20 juillet 2017

On peut donc dire en recoupant la plainte avec demande d’arrestation du 20 juillet 2015 déposée auprès du PGCA d’Antananarivo et celle déposée auprès du Doyens des juges d’instruction au Tribunal de Grande Instance de Paris que le montant des virements dits illicites envoyé par la société malgache CONNECTIC à la société EMERGENT NETWORK en France est de 3.663.933.565,79 ariary soit environ 1.047.060 euros.

Les faits et les preuves sont têtus, par rapport aux virements qualifiés d’illicites par RANARISON Tsilavo d’un montant total de 1.047.060 euros envoyés par la société CONNECTIC Madagascar à la société EMERGENT.

On constate tout de suite que le montant des virements qualifiés d’illicites,1.047.060 euros, est largement inférieur avec le montant global des matériels envoyés à Madagascar chez CONNECTIC  :

  • 1 –  RANARISON Tsilavo constate lui-même le 25 avril 2012 : 1.631.125 USD et 297.032 euros de matériels reçus de Solo (société EMERGENT),

  • 2 – la douane française constate que 1.415.430 euros de marchandises a été envoyé par la société française EMERGENT à la société CONNECTIC à Madagascar,

  • 3 – la société WESTCON Africa  a facturé 1.288.099,70 USD de marchandises à la société française EMERGENT NETWORK avec comme adresse de livraison CONNECTIC Madagascar.

A vous de juger, avec les preuves écrites, provenant de tierces personnes, ci-dessous :

1 –  RANARISON Tsilavo constate lui-même le 25 avril 2012 : 1.631.125 USD et 297.032 euros de matériels reçus de Solo (société EMERGENT),

Le  tableau « RECAPITULATIF ANNUEL DES ACHATS DES EQUIPEMENTS EFFECTUES PAR Mr SOLO » fait partie d’un e-mail envoyé par RANARISON Tsilavo le 25 avril 2012.

 

 

 

  • 2 – la douane française constate que 1.415.430 euros de marchandises a été envoyé par la société française EMERGENT à la société CONNECTIC à Madagascar,

L’expéditeur dans ce dossier douanier est EMERGENT NETWORK SYSTEMS, 12 mail Rene Clair 91080 Courcouronnes,
le destinataire est CONNECTIC Mada, 48 rue Havana, 101 Antananarivo, Madagascar
lé déclarant est MIDEX SARL France, Aérogare Sud Orly fret 835, 94549 Orly aérogare Cedex.

 

Dossier complet douanier françaises EX1 constatant les envois de Emergent à la société Connectic publié par

 

  • 3 – la société WESTCON Africa  a facturé 1.288.099,70 USD de marchandises à la société française EMERGENT NETWORK avec comme adresse de livraison CONNECTIC Madagascar.

  • En 2009, la société WESTCON a facturé la société EMERGENT NETWORK pour 209.883,72 USD
  • En 2010, la société WESTCON a facturé la société EMERGENT NETWORK pour 499.209,42 USD
  • En 2011, la société WESTCON a facturé la société EMERGENT NETWORK pour 579.006,52 USD

Le détail de la facturation de WESTCON à EMERGENT NETWORK en 2009 avec toute la correspondance est comme suit

 

Notes de la rédaction : RANARISON Tsilavo a déposé une plainte contre X avec constitution de partie civile au Tribunal de grance instance de Paris le 4 juillet 2015. Il est clairement indiqué que le montant des virements internationaux envoyé par la société CONNECTIC à la société française EMERGENT NETWORK s’élève à 1.047.060 euros qui sera la base de comparaison.
Solo a été mis en mandat de dépôt le 29 juillet 2015, le jour de son départ en France et n’est libéré qu’au prononcé du verdit le 15 décembre 2015, soit cinq mois plus tard.

Les preuves que la justice malgache a été manipulée par RANARISON Tsilavo pour faire condamner Solo, son patron, à 2 ans de prison avec sursis et 428.492 euros d’intérêts civils à régler à RANARISON Tsilavo, un simple associé, alors que c’est la société CONNECTIC qui est la victime directe et personnelle

RANARISON Tsilavo a perdu son référé auprès du Tribunal de Grande Instance d’Evry (France) pour diffamation pour interdire la publication sur différents sites de l’état de la Justice à Madagascar avec RANARISON tsilavo en toile de fond 

Les mensonges de RANARISON Tsilavo prouvées par des preuves écrites

Les jugements rendus par les magistrats malgaches violant la loi au bénéfice de RANARISON Tsilavo

Les virements de 1.047.060 euros, objet de la plainte pour abus de biens sociaux de RANARISON Tsilavo, tous les ordres de virement signés par RANARISON Tsilavo, ont une contrepartie de 1.321.125 USD et 297.032 EUROS de matériels reçus par CONNECTIC d’après l’email du 25 avril 2012 de RANARISON Tsilavo lui-même

Les factures d’achat d’équipements CISCO auprès du revendeur WESTCON Africa, revendeur agréé CISCO, ainsi que les échanges de correspondance par la société française EMERGENT NETWORK d’après un schéma de travail tripartite (CONNECTIC – WESTCON AFRICA – EMERGENT NETWORK )établi par RANARISON tsilavo lui-même en mars 2009. RANARISON Tsilavo a lui même établi une facture d’IOS (logiciciel de CISCO) de 20.000 euros en mars 2009

Les douanes françaises ont constaté que la société EMERGENT NETWORK a envoyé à la société CONNECTIC pour 1.415.430 euros de matériels.

La victime directe et personnelle de l’abus des biens sociaux est la société CONNECTIC et non RANARISON Tsilavo, simple associé : L’article 6 du code de procédure pénale malgache ainsi que l’article 181 de loi sur les sociétés commerciales à Madagascar sont clairs.

L’arrêt de la Cour d’appel d’Antananarivo a violé l’article 2 du code de la concurrence et l’article 1598 du code civil malgache. Il a également traduit de travers une attestation pourtant claire de la société CISCO.

Le jugement du tribunal correctionnel du 15 décembre 2015 est sans motivation, se contentant de dire « Il résulte preuve suffisante contre le prévenu Solo d’avoir commis le délit d’abus de confiance à lui reprocher ». Que dire de plus ?

L’intérêt civil est dû au victime direct et personnel de l’infraction, la société CONNECTIC, et non à un simple associé : L’article 6 du code de procédure pénale malgache ainsi que l’article 181 de loi sur les sociétés commerciales à Madagascar sont clairs.

Le pouvoir souverain des juges du fond est applicable à condition que les décisions soient motivées et s’appuyent sur une base légale. Et comme le jugement du tribunal correctionnel est sans motivation tour en violant les lois malgaches tandis que l’arrêt de la Cour d’appel ne fait que violer la loi dans motivation.

Le jugement du tribunal de commerce du 27 mars 2019 présidée par RAKOTOARILALAINA Annick Rosa fait référence à l’article 301 de la LTGO concernant l’autorité de la chose jugée alors que c’est la première fois que RANARISON Tsilavo et la société CONNECTIC a affaire à la justice

RANARISON Tsilavo a signé la totalité des 76 virements de la société CONNECTIC vers la société française EMERGENT que RANARISON Tsilavo considère comme sans contrepartie dans sa plainte pour abus des biens sociaux contre son patron Solo

Les magistrats malgaches ont violé les lois malgaches dans leurs jugements qui favorisent RANARISON Tsilavo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Latest news

Aucun redressement fiscal en France pour EMERGENT NETWORK lors du contrôle fiscal du mois de mars 2013

La société EMERGENT a fait l'objet d'une vérification de comptabilité en mars 2013 pour les comptes de 2010 et 2011 qui s'est conclue par une absence de redressement pour l'administration fiscale française.

EMERGENT NETWORK est une EURL française assujettie au régime des sociétés de personne donc le bénéfice de la société correspond au revenu de Solo

Pour le calcul du résultat fiscal, les rémunérations éventuellement perçues par l’associé unique personne physique ne sont pas déductibles du bénéfice imposable (en contrepartie, les rémunérations ne sont pas imposés en tant que traitement et salaires).